La Respiration Transe Dynamique©

 

Dès qu’il est question de transe, notre esprit fantasme vite sur des corps secoués par des mouvements compulsifs, possédés par un esprit guérisseur ou destructeur. Mais c’est mal comprendre ce phénomène si ordinaire et si porteur d’enseignement.

La racine du mot « transe » signifie « traverser ». Et c’est bien de cela dont il s’agit ici : accéder à une disponibilité qui nous permette de traverser nos tourments et nos attachements émotionnels, nos peurs et nos colères, nos joies et nos tristesses. De traverser nos douleurs, nos blocages, nos hésitations et nos excès avec fluidité, délicatesse et bienveillance en toute sécurité.*

Nous faisons tous des efforts, au quotidien, pour avoir l’air forts et invulnérables. C’est ce que la société, notre éducation et la pression de notre entourage nous poussent à faire. Cela ne nous laisse que peu de temps pour assimiler des expériences, pour les comprendre, pour évaluer des dommages, résoudre des contradictions, soigner des frustrations et des déceptions.

Jour après jour, nous engloutissons tout ce qui nous arrive sans surveiller les possibles dommages. Et cela n’est pas dû qu’à un manque de temps qui nous permettrait de soigner des impacts. En réalité, nous ne savons pas trop quoi faire avec beaucoup de ces choses qui nous arrivent. Personne ne nous a appris à les gérer. Nous sommes un peu incompétents en matière d’émotions.

La catharsis en psychologie fait référence au processus à travers lequel nous « purgeons » les émotions négatives. Il s’agit de cette stratégie thérapeutique dont le terme remonte à l’approche psychanalytique de Sigmund Freud, qui permet de faire émerger des émotions réprimées et de nous purifier sur le plan émotionnel, mental et spirituel. C’est un peu comme ouvrir une fenêtre pour aérer les espaces alourdis par les conflits.

Le professionnel qui accompagne ces « processus cathartique » a une responsabilité immense, transcendante et essentielle. Il doit disposer de cet art personnel avec lequel il peut gérer toute l’énergie émotionnelle reversée. Il doit accueillir, examiner de près, rediriger. Car purifier signifie faire disparaître ce qui fait du mal, mais aussi transformer, guérir, oxygéner.

En plus de mes facultés naturelles de clairvoyance, mes nombreuses expériences de transe (Hayahuasca, Gnawa), de pratiques corporelles (BMC, Arts martiaux, Contact Improvisation), de souffle (Respiration Holotropique, Transanalyse, Pranayama) et de pleine conscience (Village des pruniers), sont un atout certain dans l’accompagnement de ces processus.

Cette méthode respiratoire permet de libérer et d’aligner les trois principes fondamentaux de l’homme : le corps, l’âme et le souffle, mais aussi de nettoyer en profondeur le système nerveux central, le système complexe des méridiens énergétiques et d’évacuer par le souffle les tensions les plus profondes.

➡️ Aucun pré-requis, cette technique s’adresse à toute personne intéressée par les pratiques corporelles visant l’expansion de conscience. Je l’utilise aussi bien en accompagnement individuel qu’en ateliers collectifs.

Je distingue  5 niveaux de pratiques :

Niveau 1 : S’initier (mise en souffle )

Niveau 2 : Pratiquer (workshops)

Niveau 3 : Approfondir (cycle morphogénèse)

Niveau 4 : Se former (Cycle Transe-formation)

Niveau 5 : Transmettre (guider et accompagner des initiations et workshops)

*Imanou Risselard et Pol Charoy, L’Art du Souffle Alchimique in La Trans-Analyse, Souffle d’Or, 2013.

L’importance d’une pratique de groupe

Pratiquer en groupe permet tout d’abord de poser des mots sur son vécu, mais aussi de partager une expérience pouvant éventuellement donner lieu, par le principe des neurones miroirs, à une résonance dans le reste du groupe. Par contre, il ne s’agit en aucun cas d’une thérapie de groupe, mais bien d’une expérience individuelle pratiquée collectivement.